Les Waiariki Pools | Northland

Il y a des endroits qui vous « hantent » encore des mois après l’avoir quitté. On en rigolait encore tout à l’heure, près de 4 mois plus tard : les Waiariki Pools à Ngawha Springs, dans le Northland.

Map

19 août 2016

Avec Anthony et Émilie, on s’apprêtaient à passer la nuit au camping de Ahipara (super endroit, on vous recommande). Pendant que les pâtes cuisent, on lorgne le panneau d’affichage en liège, avec les petites annonces du coin. Et entre le matos de pêche à vendre et les consignes d’hygiène du camping, un mail imprimé en noir et blanc, qui mentionne des Hot Pools pas très loin. La photo est vraiment pourrie, on ne voit rien, mais on avait tellement aimé le Polynesian Spa à Rotorua, qu’on propose aux copains d’y faire un tour le lendemain.

Le lendemain donc, on fait la route en direction de Ngawha Springs. On a un peu de mal à trouver, et au bout d’une route en gravier, on est un peu déçu : l’endroit a l’air d’être en plein travaux. Mais au moment de repartir, on croit distinguer des gens à travers les palissades en plastique. Allez, on va jeter un œil.

On monte les escaliers d’une baraque en bois, pour aller prendre nos tickets. Les prix sont écrits au feutre sur une vieille planche vermoulue, et le vieux maori sans dent à l’accueil nous sort son sourire le plus séducteur.

Avant d’aller se changer, on jette un œil plus insistant dehors : partout, on se croirait dans Mad Max : les Hot Pools ne sont pas en travaux, elles sont « comme ça » : pour les clôtures, des palettes en plastiques, des pneus partout entre les bassins. Les bassins ? Des carrés d’eau… noire. Mais… vraiment noire ! Et dedans, des maoris qui infusent.

vue d'ensemble

Bon allez, on y va, c’est franchement drôle. On paye le vieux monsieur sans dent $4 chacun (ce qui n’est rien du tout), qui nous propose gentiment de garder nos affaires.

5 minutes après, nous voilà tous les quatre en maillot. On a vraiment du mal à ne pas rire : l’eau pue. Jusque là, c’est normal pour des sources géothermales. Mais la couleur….Il y a beau n’avoir que 20 cm d’eau, on ne voit rien. On devine ce qu’il y a au fond avec les orteils, et on finit par s’asseoir. Petite lueur d’angoisse dans les yeux.

Nous voilà donc à barboter dans un trou de chantier rempli de pétrole à 40 degrés qui pue l’œuf. Bien sûr, le pétrole, c’est de l’eau thermal gorgée de minéraux (beaucoup de manganèse, d’après nos sources^^).

EN BREF

On a adoré nos deux heures à tremper dans l’eau noire chaude (et blanche glacée, c’est aussi une option). Les clients étaient géniaux, presque tous maoris et tous habitués. L’eau chaude nous a vraiment fait un bien fou, même si on a mis plusieurs jours à se débarrasser de l’odeur (pas de douche sur place).

L’essentiel, c’est de ne pas s’arrêter à sa première impression, de se boucher le nez, et de ne pas se demander pourquoi nos maillots ont changé de couleur et pourquoi les œillets en métal ont rouillé.

Si vous passez dans le coin, on vous encourage vivement à y faire un tour!

marie-dam

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *