Les perruches du Seoraksan | 설악산

Qu’est ce qui est petit, coloré, frisé et qui se déplace par groupe de 50 sur les chez chemins de randos et en ville ?

Après 5 jours de repas bien copieux, on va enfin se dépenser: on va randonner dans le parc du Seoraksan, à quelques kilomètres en bus de Sokcho.

Lorsqu’aux arrêts suivants le bus a commencé à prendre d’autres personnes, une petite angoisse est montée. Une à une, des dames d’une cinquantaine d’années montent: chaussures de rando dernier cri, vêtements techniques de la tête aux pieds, sacs à dos 40 litres pleins, gourdes, boussoles, gobelets à mousqueton, bâtons de marche, VHF… On se regarde avec nos baskets et notre mini bouteille d’eau… et on flippe.

Après 40 minutes de grimpe dans la montagne, le bus nous dépose à l’entrée du parc. À vrai dire, le mot « parc » prend un peu le sens de « parc d’attractions ». Des boutiques de souvenirs, de casquettes, de gadgets en tout genre, des restaurants, quelques hôtels, des décors pour se prendre en photo (un peu étrange d’ailleurs)… tout y est. Tout y est, et surtout les perruches équipées comme pour monter l’Everest ! PAR CENTAINES ! Ça fait presque mal aux yeux.

2016_04_SOKCHO-3244

2016_04_SOKCHO-3153

2016_04_SOKCHO-3150

2016_04_SOKCHO-3149

Mais l’entrée du parc est très belle, enclavée entre deux montagnes recouvertes de pins rouges et de hêtres qui commencent leur printemps. Au fond, on devine l’Ulsan Bawi, la crête rose qui surplombe le massif.

2016_04_SOKCHO-3144

2016_04_SOKCHO-3157

2016_04_SOKCHO-3155

Au parc du Seoraksan, vous avez plusieurs options pour organiser la journée. Juste après l’entrée (qui vous coûtera 3 500 wons en cash uniquement), vous avez un téléphérique qui vous emmène à la forteresse Gwongeumseong, d’où vous avez un point de vue imprenable sur le Parc du Seoraksan. Vous pouvez aussi commencer par visiter le très beau temple de Sinheugsa dans la vallée. Sinon, vous pouvez attaquer tout de suite l’Ulsan Bawi, ou suivre le sentier de la cascade Biryong.

LE TEMPLE DE SINHEUGSA

Ce temple a été construit pour la première fois il y a près de 1500 ans dans la montagne. Aujourd’hui, il n’y a qu’à suivre un véritable boulevard bien balisé pour y accéder. Un bouddha de plus de 10 mètres appelé Jwabul surveille l’entrée et veille sur le téléphérique et les perruches. Des moines prient dessous, et leurs prières montent jusqu’à l’extérieur. En tendant l’oreille et en levant les yeux vers les sommets, on oublie rapidement la foule.

2016_04_SOKCHO-3173

2016_04_SOKCHO-3170

2016_04_SOKCHO-3159

2016_04_SOKCHO-3165

On passe quelques ponts qui enjambent la rivière, et on y est.

2016_04_SOKCHO-3238

2016_04_SOKCHO-3235

2016_04_SOKCHO-3231

2016_04_SOKCHO-3217

2016_04_SOKCHO-3214

2016_04_SOKCHO-3213

2016_04_SOKCHO-3210

2016_04_SOKCHO-3208

2016_04_SOKCHO-3206

Les 4 rois du sud, du nord, de l’est et de l’ouest gardent la porte du temple…

2016_04_SOKCHO-3198

2016_04_SOKCHO-3196

2016_04_SOKCHO-3195

La croix gammée à l’envers veut dire « temple » ici.

2016_04_SOKCHO-3194

2016_04_SOKCHO-3180

2016_04_SOKCHO-3178

2016_04_SOKCHO-3193

LE TÉLÉPHÉRIQUE

2016_04_SOKCHO-3251

Les choses sérieuses commencent. C’est ce qu’on s’est dit en montant dans le téléphérique du Seorak Sogongwon après avoir pique-niqué (enfin pique-niquer… soupe de nouilles, bibimbap, porc pané et banchans). On est encerclé par les perruches. Il y a aussi des perruches mâles. Le guide fait l’animation, et les coréens sont très bons public. Whaaaaa, OOOooOOoh, Hiiiihhiiiii !

En haut, un sentier commence. Uniquement des marches. Mais des marches recouvertes de caoutchouc. Rien à voir avec le chemin de rando de l’Himalaya auquel on s’attendait en voyant l’équipement des perruches.

2016_04_SOKCHO-3254

Au sommet, la vue est superbe. On arrive sur un pic rocheux nu. Enfin nu. Recouvert encore une fois de perruches qui font des selfies. On comprend mieux la remarque du guide dans le téléphérique qui disait de ne pas trop reculer pour les photos.

2016_04_SOKCHO-3285

2016_04_SOKCHO-3281

2016_04_SOKCHO-3273

2016_04_SOKCHO-3264

Avant de redescendre, on remarque des lampions qui suivent un petit sentier. On décide de tenter, visiblement, il n’y a presque personne. Après une dizaine de minutes en descente, on arrive à un tout petit temple, qui donne sur l’autre versant, et qui surplombe la vallée. Au fond, on devine Sokcho.

2016_04_SOKCHO-3290

LE SENTIER DES CASCADES (Pokpo)

Maintenant, on a le choix: soit on s’attaque à l’Ulsan Bawi, soit on prend le sentier des cascades. Vous l’avez lu dans le titre, ça sera la Biryong Pokpo.

Capture d’écran 2016-05-15 à 16.35.36Le sentier commence doucement à travers une belle forêt. Les allées sont bétonnées, plates, faciles.

Puis les ennuis commencent. Un escalier de plus en plus raide suit une petite rivière rougeâtre dans une gorge encaissée. Il est presque 13h, et on remarque que les perruches sont de plus en plus nombreuses à se poser pour manger au bord de l’eau, près des rapides.

2016_04_SOKCHO-1-4

2016_04_SOKCHO-1-3

2016_04_SOKCHO-1-2

2016_04_SOKCHO-1-20

Au bout de 2 ou 3 kilomètres, on arrive à la cascade Biryong. En France, la scène nous aurait peut-être sérieusement gonflé. Mais ici, ça nous a fait tellement rire! Des centaines de perruches, mâles et femelles, pique-niquent. Mais pas des sandwichs. On comprend que dans le sac à dos Millet 40 litres, il y avait en fait environ 6 tupperwares, des baguettes, des bouteilles de soju, des gâteaux, du kimchi et compagnie. Ça festoie bruyamment, ça picole, ça mange, ça rigole.

2016_04_SOKCHO-1-6

2016_04_SOKCHO-1-8

Et juste à côté de cette aire de pique-nique improvisée, un escalier monte vers un belvédère d’où on peut voir le haut de la cascade et des écureuils de Corée.

Et 910 marches plus haut:

2016_04_SOKCHO-1-12

KIMCHIIIIIIIII PERRUCHES !!!!

2016_04_SOKCHO-1-13

2016_04_SOKCHO-1-14

Une gentille perruche mâle (le monsieur en kaki derrière) trouve Dam’s sympa et nous offre le casse-croûte et l’apéro (dans sa main) 🙂 Amsa amida !

2016_04_SOKCHO-1-11

On a passé un très bon moment là-haut, l’ambiance et le bordel ambiant nous a beaucoup fait rire. On a quand même trouvé le courage de faire la queue pour la fameuse photo dos à la montagne… C’est cadeau :

2016_04_SOKCHO-1-17

Et c’est reparti pour la descente par le même escalier, mais sous une autre lumière.

2016_04_SOKCHO-1-30

2016_04_SOKCHO-1-26

2016_04_SOKCHO-1-25

2016_04_SOKCHO-1-23

2016_04_SOKCHO-1-22

2016_04_SOKCHO-1-21

2016_04_SOKCHO-1-9

Mais la journée n’est pas fini, on a passé l’Ulsan Bawi pour aller au temple de Naksansa.


Pour quelques sous, on peut acheter en Corée des tuiles noires dans les temples et y inscrire un messages. Ces tuiles serviront à couvrir ou rénover un temple.j’ai trouvé ce mot extraordinaire.

 

 

 

marie-dam

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *