Kaikoura – 10 days before the earthquake

Le 14 novembre dernier, un gros tremblement de terre a secoué l’île du Sud. Et paradoxalement, Kaikoura a été exposé aux yeux du monde entier pour justement en avoir été totalement coupé. Aujourd’hui, on veut vous montrer la beauté de cet endroit, quelques jours avant la secousse. Beauté qui, elle, n’a sûrement pas bougé.

Kaikoura est une toute petite ville sur la côté est de l’île du Sud. C’est la première que vous rencontrez si vous décidez de descendre de Picton (arrivée du ferry transisland) vers Christchurch. Enfin, lorsqu’on dit la première, dites-vous bien qu’il faut rouler pendant près de deux heures et demi sur une route coincée entre la mer et de très très hautes montagnes. Aucun carrefour, pas de station essence, rien.

Le ferry nous avait déposé à Picton en début d’après-midi. Deux-trois courses, puis la route vers Christchurch sous un vrai déluge. L’objectif du jour : s’arrêter un peu avant Kaikoura sur un camping gratuit du DOC.

Sur la route : CLARENCE

Après un dodo sous la tente juste à côté de la voie ferrée (vous avez peut-être vu la photo du rail complètement sorti de son lit à la sortie d’un tunnel : on était juste derrière), on reprend la route vers Christchurch.

Mais au bout de quelques kilomètres, des masses brunes dans l’herbe au bord de la route m’intriguent… Hum… Des grosses pierres ? des bois flottés ? On regarde de plus près ?

COUCOU KAIKOURA

Ça y est, Kaikoura en vue. Décidément, on aura pas roulé longtemps avant de comprendre ce que les kiwis qu’on a rencontré dans l’île du Nord entendait par « South Island is pretty spectacular ! ». Effectivement, des montagnes enneigées de 2000m qui plongent dans une mer turquoise, on peut difficilement être plus « pretty spectacular ». Et pour parfaire le tableau, Kaikoura est la capitale du homard et est située en plein sur la route migratoire des baleines.

On avait assez peu de temps devant nous. Mais on a tout de même trouvé le temps d’aller tout au bout de la péninsule de Kaikoura. Puis la petite balade de 10 minutes s’est transformée en une petite rando le long des colonies d’otaries et d’oiseaux de mer.

FISH BBQ

Mine de rien, il était déjà midi pétante, et on a donc fait un petit stop dans une gargote au bord de la route qui relie la pointe à la ville. Petite déception gastronomique. Pas que ce n’était pas bon, bien au contraire. J’ai mangé mon homard et Damien a mangé ses pauas (ormaux en maori). Oui mais on pensait que « fritters » voulait dire « frits ». Et ben non. Fritter, c’est omelette. Sh***. Donc omelette au homard et omelette aux pauas au menu. Au final, une super adresse ou on peut manger un demi homard pêché du jour pour seulement $25.

EN BREF

Comme porte d’entrée sur l’île du sud, Kaikoura tient ses promesses. Et on espère que ses fissures se répareront sans cicatrices pour nous permettre de retourner un jour au pays du « Repas de homard » (Kai=repas, Koura=homard).

 

 

marie-dam

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *